Projet éducatif…

Projet pédagogique

Encadrement pédagogique

Il est constitué d’institutrices diplômées et ayant de 5 à 30 ans d’expérience, continuellement formées pour appliquer au mieux les pédagogies à succès qui assurent le meilleur développement intellectuel, humain, émotionnel…. de chaque enfant.

Leur dernière formation a porté sur les gestes mentaux d’après les travaux d’Antoine de la Garanderie: attention, mémorisation, compréhension… .

Engagements pédagogiques

course compLes classes à petits effectifs permettent de porter une réelle attention au développement tant scolaire qu’humain de chacun, de travailler à ce que chaque élève donne le meilleur de lui même, développe son potentiel. Pour cela, chaque quinzaine, l’institutrice donne à chacun un petit effort personnalisé sur lequel il sera encouragé chaque jour et récompensé en fin de période. Le bordereau récapitulatif de l’effort proposé et du résultat obtenu est collé dans le cahier du jour, consulté chaque semaine par la famille.

Des méthodes logiques, progressives et répétitives qui ont fait leurs preuves:

  • Acquisition de la lecture par une méthode exclusivement syllabique,
  • Matériel Montessori stimulant l’éveil sensoriel des plus petits,
  • Nombreuses dictées et rédactions,
  • Calcul mental,
  • Analyse grammaticale et logique,
  • Développement du vocabulaire et de la réflexion par l’étude de textes classiques,
  • Dès la GS, méthode de math de Singapour formant les meilleurs élèves au monde : découvrez-là!
  • Stimulation de la mémoire à l’aide du « par cœur »,
  • Choix de poésies classiques,
  • Apprentissage de l’histoire narrative et chronologique et de la géographie française puis mondiale,
  • Contrôle systématique des apprentissages et réinvestissement des connaissances et notation du travail,
  • Récompense des résultats et des efforts.

Le travail s’effectue en coordination avec les parents pour permettre aux institutrices de décider comment mettre en confiance et faire progresser au mieux l’élève.

Projet éducatif

Un enseignement complet intégrant foi, personnalité et intelligence

pour acquérir de forts repères

permettant de devenir les adultes responsables de demain, dans notre société.

CIMG4903

  • l’éducation selon les principes et la doctrine de l’Église catholique.
  • la transmission dans la joie de repères tels que le sens du Vrai, du Bien et du Beau.
  • une instruction cohérente, soutien et relais de l’éducation donnée par les parents, premiers éducateurs de leurs enfants.

Projet spirituel

  •   De l’éveil à la Foi au catéchisme adapté à l’âge de chacun, chaque semaineadoration
  •   Chaque semaine débute par un moment de prière et de recueillement tous les élèves réunis avec la directrice et leurs institutrices à confessionl’oratoire de l’école.
  •  La prière quotidienne en classe
  •    La visite régulière de prêtres pour des échanges en classe ou individuels (la confession est aussi proposée aux grandes fêtes de l’année liturgique)
  • Certaines années une préparation à la Première Communion est organisée dans l’enceinte de l’école, la cérémonie restant une initiative individuelle et paroissiale.
  • Photo: préparation à la confession

Projet intergénérationnel

Un atelier régulier d’une heure permet aux enfants de rencontrer des personnes âgées résidant en maison de retraite. Par sa vocation pédagogique et humaine, cet échange permet à l’enfant de :

  • favoriser la construction de son identité,
  • d’échanger avec les résidents par la lecture, l’écriture, la récitation de poésie, des mimes…
  • s’ouvrir au prochain en lui apportant de la joie.
  • participer à une situation concrète au sein de l’école

publicCe projet est en sommeil cette année. Cependant les élèves ont joué leur spectacle de Noël le 13 décembre 2013 dans une maison de retraite à Chantilly avant de servir le goûter aux personnes présentes. (voir la rubrique vie de l’école).

 

Une piste de réflexion

issu de http://www.liberte-scolaire.com/faits-et-analyses/fait-bon-educateur-yann-de-cacqueray/

14/11/2014: Ce qui fait un bon éducateur par Yann de Cacqueray

chateauorveau2Yann de Cacqueray est un éducateur chevronné. Il a longtemps dirigé l’Espérance à Sainte-Cécile (85), un établissement catholique dans l’esprit mais juridiquement laïc sous contrat. Il pilote à présent un autre internat, Notre-Dame-d’Orveau (49), qui est catholique sous contrat.

Notre blog a posé cinq questions, volontairement générales, à Yann de Cacqueray, dans l’idée que ses réponses pourront guider utilement les jeunes éducateurs.Qu’est-ce qu’un bon éducateur pour vous ?

Un bon éducateur se définit d’abord par sa finalité. Il est celui qui doit faire passer de l’état de dépendance à l’âge adulte. Ceci nécessite de sa part un vrai discernement de l’objectif : Il ne doit pas faire un clone, il ne doit pas accepter n’importe quoi. L’être humain est fait pour la connaissance et la contemplation. Chaque éducateur sera comptable de ce qu’il a permis à ceux qui lui sont confiés de connaître et de contempler.

Comment fixer le juste équilibre entre discipline et liberté ?

Les qualités majeures d’un éducateur aujourd’hui me semblent donc être le bon-sens et la justice.

Le bon-sens est le premier rempart contre ce qui guette nos jeunes : l’idéologie et le laisser aller. En effet dès que je réfléchis à ce qu’est l’être humain qui est en face de moi, je vois bien que je vais devoir lutter contre son penchant naturel vers la paresse mais aussi contre tous les excès de sa jeunesse ; et là le bon sens seul peut me guider. Bien sûr les études de psychologie, les formations diverses peuvent m’aider mais au final, hic et nunc seul mon bon sens peut me permettre de prendre une décision intelligente

La justice parce qu’il est capital de rendre à chacun ce qui lui est dû. Celui-ci a besoin d’être encouragé, celui-là d’une belle réprimande, et pourtant ils ont fait la même chose. Mais je suis l’éducateur et je vais donc devoir manifester ma responsabilité et ne pas me dérober.

Quelle est la source de l’autorité selon vous ?

Il n’y a pas d’autre source de l’autorité que la reconnaissance de notre dépendance : c’est parce que j’ai accepté la délégation de pouvoir de Dieu et des parents que je peux exercer une autorité légitime.

Si mon autorité vient de moi elle va être écrasante et pesante car je n’ai pas de légitimité mais si elle est reçue de ceux qui l’ont eu naturellement alors elle est un vrai service.

L’exemple le plus criant dans le monde scolaire c’est la demande d’autorisation. Souvent les parents demandent l’autorisation de faire faire ceci ou cela à leurs enfants. Je ne peux que la leur refuser car ce sont eux les éducateurs de leurs enfants ! Ils décident et m’informent mais je n’autorise pas.

Qu’est-ce qu’une éducation (scolaire) réussie ?

L’éducation scolaire ne peut être que le complément de l’éducation familiale si nous allons au-delà, nous sommes dans un rôle qui n’est pas le nôtre. Mais cette délégation d’autorité n’est pas du tout mineure elle suppose la confiance et un suivi des décisions. Dans tous les cas et même si, par ailleurs, il peut y avoir des discussions fermes et houleuses, une éducation scolaire réussie repose d’abord sur une très grande unité entre les éducateurs. D’où l’importance de l’équipe et de la proximité. Les jeunes comprennent très vite où sont les failles.

Qu’est-ce qu’un directeur d’établissement scolaire libre ?

La liberté du chef d’établissement passe par plusieurs domaines :

  1. Le choix des familles : si les familles sont contraintes de nous confier leurs enfants alors il n’y a plus de décision éducative et pédagogique ; nous devenons des fonctionnaires ;
  2. Le choix de l’équipe : on n’imagine pas un entraîneur sportif devant composer avec des gens qu’il n’a pas choisis et qui ne souhaitent pas travailler avec lui ; et pourtant notre liberté de choisir les collaborateurs est de plus en plus rognée ;
  3. Les choix pédagogiques : si je milite pour des examens nationaux facteurs d’unité nationale je suis convaincu que les choix pédagogiques doivent être très diversifiés pour répondre aux besoins d’élèves très divers.
  4. Enfin, la liberté financière qui n’est que l’application du principe de subsidiarité. Si je suis responsable de mon budget et que mes investissements sont le fruit de mon épargne alors je vais éviter le gaspillage. D’où l’enjeu majeur du chèque scolaire qui est le seul moyen de rendre aux familles la vraie liberté.